Immobilier ancien : Des records qui suscitent des questions

Selon la dernière note de conjoncture des Notaires de France, entre mai 2016 et juin 2017, 907 000 transactions ont été enregistrés dans l’immobilier ancien.

Des taux historiquement bas, une forte demande, le marché immobilier ancien est dynamique et tourne à plein régime.

Immobilier ancien : Des chiffres records à relativiser ?

Selon les spécialistes, on enregistre des volumes records, mais les chiffres sont à relativiser. Ainsi, il faudrait atteindre 930 000 transactions pour avoir un marché aussi dynamique que les 837 000 transactions enregistrées sur les 12 mois en mai 2006. Cela est la conséquence de la production de nouveaux logements estimée à 1% par an.

Selon l’Indice Notaires-Insee, au premier trimestre 2017, les prix des logements anciens ont continué d’augmenter. Sur douze mois, cette hausse est de 2,7 %. Elle est plus importante pour les appartements (3,2%) que pour les maisons (2,3%).

Immobilier ancien : La hausse des prix est-elle globale ?

La hausse des prix est très contrastée. Sans surprise, l’Ile de France est la région la plus touchée. La courbe des prix franciliens poursuit sa remontée (+3,8 comparée au premier trimestre 2016). Cette accélération est principalement tirée par le prix des appartements (+4,5 % sur un an).

On constate que dans certaines grandes villes de province, les prix sont à la baisse : Le Havre (-9 %) ou encore Brest (-7 %). Phénomène inverse, Bordeaux est la ville qui enregistre la progression la plus élevée (+15 %). Côté maisons, Nancy occupe la première place du podium (+10 %) devant Bordeaux (+9%) et Tours (+8 %). Ainsi, Bordeaux devient donc la deuxième ville la plus chère de France (à la place de Nice).

Immobilier ancien : Est-ce le moment d’investir ?

Face à l’augmentation des prix et à la remontée des taux d’emprunt (même s’ils restent historiquement bas), il est normal de se demander si le moment est opportun pour concrétiser un projet d’investissement immobilier. En ce qui concerne l’immobilier ancien par exemple, les dispositifs fiscaux tels que la loi Malraux et le déficit foncier offrent des avantages non négligeables.

Investir en Déficit Foncier vous donne droit à la déduction du montant des travaux d’entretien, de réparation et d’amélioration sur vos revenus fonciers positifs sans plafond et sans limitation dans le temps.

► Le déficit foncier est imputé sur vos autres revenus dans la limite de 10 700 € / an.
► Le report du déficit foncier est possible sur 10 ans sur les résultats fonciers positifs à venir.

Voici quelques exemples de programmes en déficit foncier :

Pour en savoir plus, contactez un conseiller, expert de l’immobilier ancien restauré.

Source pap.fr

Partager ce contenu :