Impôts 2017 : Comment déclarer ses revenus fonciers ?

Alors que les dates limites de la déclaration des impôts ont été fixées du 17 mai au 6 juin, beaucoup se demandent encore comment leurs revenus fonciers.

Que la déclaration se fasse sur papier ou en ligne, un contribuable ayant investi dans l’immobilier locatif doit déclarer les revenus fonciers qu’il perçoit. Les obligations des bailleurs sont les mêmes peu importe si la location s’est faite en direct, par l’intermédiaire d’une agence immobilière ou d’un site internet (Airbnb, Abritel…).

Elle concerne tous les bailleurs qui ont encaissé plus de 760 € de revenus location en 2016.

Impôts 2017 : Déclarer les revenus d’une location habituelle

Si vous avez dépassé la limite de 760 € (petit-déjeuner compris), sur l’ensemble de l’année 2016 les loyers sont imposables dès le premier euro. En cas de location habituelle les loyers sont déclarés dans la catégorie des bénéfices industriels commerciaux (BIC). La location est dite « habituelle » lorsqu’elle devient récurrente, elle ne dépend pas de la durée de location.

► Exemple : Monsieur Dupont, un contribuable français loue sa maison trois années de suite durant l’été, pour des durées différentes, la location est alors appelée habituelle.

Si les loyers ne dépassent pas 32 900 €, ils sont imposés selon le régime micro-BIC. L’administration fiscale déterminera le montant imposable de manière forfaitaire et appliquera un battement de 50 % sur les sommes déclarées.

► Exemple : Les loyers perçus par Madame Vermeille ne dépassent pas 32 900 €, elle sera imposée sur la moitié des loyers perçus. Le montant s’ajoute à ses autres revenus pour être soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Aux revenus s’ajoutent 15.5 % des prélèvements sociaux (calculés sur la moitié des loyers perçus).

Si un contribuable à perçu plus de 32 900 €, les loyers imposables dépendent du régime réel. Le régime réel permet de déduire la totalité des charges pour leur montant réel. Néanmoins, pour dépendre du régime réel, il est nécessaire de souscrire à une déclaration professionnelle (n° 2031-SD), avant la date de dépôt de la déclaration de revenus.

Impôts 2017 : Déclarer les revenus d’une location occasionnelle

Les loyers imposables d’une location meublée occasionnelle sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers.
En revanche, si vous avez loué occasionnellement un logement meublé, les loyers sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers. Vous relevez automatiquement du micro-foncier dès que vos loyers sont inférieurs à 15 000 €.

L’imposition sera à hauteur de 70 % des loyers perçus, l’abattement fiscal réalisé sera de 30 % du montant déclaré.

Dès lors, les loyers viendront s’ajouter aux autres revenus pour être soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu, auquel s’ajoutera 15.5 % de prélèvement sociaux. Pour les revenus de 2017 (déclarés en 2018) les loyers provenant de la location meublée seront dans tous les cas imposables dans la catégorie bénéfices industriels et commerciaux (même lorsqu’il s’agit d’une location occasionnelle).

L’investissement en déficit foncier permet aux propriétaires-bailleurs fortement imposés de réaliser des économies d’impôts. N’hésitez pas à nous contacter au 01 42 66 63 60 pour connaître les opportunités d’investissement en déficit foncier afin de réduire vos revenus fonciers de l’année 2017 !
Source : votreargent.lexpress.fr
Partager ce contenu :